Architecture

0
44

La conception de Gaudí de la Sagrada Familia était basée sur les traditions des cathédrales gothiques et byzantines . Son intention était d’exprimer la croyance chrétienne à travers l’architecture et la beauté du bâtiment et de communiquer le message des évangélistes. Il a réalisé une symbiose entre la forme et l’iconographie chrétienne , avec une architecture personnelle générée par de nouvelles structures, des formes et des géométries tout à fait logiques inspirées par la nature, la lumière et la couleur jouant également un rôle central.

Au cours de 134 années de construction de la Sagrada Familia , le chef-d’œuvre inachevé d’ Antoni Gaudi à Barcelone a connu trois conflits non résolus. Tout d’abord, il manquait un permis de construction (contemporain), le non-paiement des taxes, et enfin l’incertitude quant à la construction définitive de la grande place au sud-est imaginée par Gaudí avec l’expulsion forcée de 3.000 résidents et locataires , tous vivant dans les environs de la Façade Glorieuse de la Sagrada Familia.

Au cours des derniers jours, ces trois problèmes sont apparus presque simultanément, mais discutons-en un par un. Amèrement bouleversé par ce qu’il décrit comme «un projet sans plan au nom de Gaudi» Conseiller municipal de Barcelone Architecture, paysage urbain et patrimoine Daniel Mòdol a appelé la Sagrada Familia un «gâteau de Pâques géant».

Sa déclaration, rapportée par la presse il y a deux semaines, a éclipsé la proposition municipale officielle faite au comité de surveillance de la construction du temple « s’ils prévoient de modifier la planification autour de la basilique » dans une période maximale de six mois. C’est en référence à la grande esplanade conçue par Gaudi dans son plan original, en face de la Façade Gloire (entre les rues Majorque et Arago): une passerelle de 60 mètres de large qui relierait le temple à l’avenue Diagonal.

Le sens de la Sagrada Familia est communiqué par la forme et l’ expressivité de son architecture et l’ iconographie de sa sculpture .

Les différents éléments architecturaux sont imprégnés d’un symbolisme chrétien organisé hiérarchiquement. Ainsi, chacune de ses 18 tours a une signification particulière. Au milieu se trouve la tour dédiée à Jésus-Christ et autour de laquelle se trouvent quatre tours représentant les évangiles; les livres contenant la vie et les enseignements de Jésus. La tour au-dessus de l’abside, couronnée d’une étoile, représente sa mère la Vierge Marie, tandis que les douze tours restantes représentent les douze apôtres, témoins de ses paroles et de ses actes.

D’où qu’ils soient vus, une fois terminés, ces 18 tours seront un spectacle extraordinaire et donneront une impression d’élévation à la tour centrale dédiée à Jésus-Christ.

En fait, cette verticalité est une caractéristique du bâtiment choisi par Gaudí pour symboliser l’élévation vers Dieu. Ceci est réalisé avec la conception pyramidale montante à l’extérieur, la hauteur de ses nefs, et les pinacles au sommet des tours qui semblent fusionner avec le ciel.

La vie et les enseignements de Jésus sont représentés sur les portails des trois façades . Chacun représente l’un des trois événements cruciaux de l’existence du Christ: sa naissance: sa passion, sa mort et sa résurrection; et sa Gloire présente et future. Au fur et à mesure que le soleil se déplace dans le ciel, sa lumière accentue les qualités (générosité, harmonie ou drame) de chaque façade.

Gaudí a prévu que la lumière à l’intérieur de la Sagrada Familia soit harmonieuse et qu’elle accentue la plasticité de la nef, mais surtout qu’elle soit propice à l’introspection.

Les colonnes ramifiées , tout en ayant une fonction structurelle, reflètent l’idée de Gaudí que l’intérieur du temple devrait être comme un bois qui invite à la prière et qui convient à la célébration de l’Eucharistie.

Pour réduire la charge de la toiture et apporter de la lumière dans le bâtiment, il a conçu lucarnes ou puits de lumière entre les colonnes, à base d’hyperboloïdes, construits en utilisant des morceaux de verre doré et vert pour refléter la lumière du jour. Tous les vitraux de l’abside suivent un plan de tons dégradés pour créer une atmosphère propice à l’introspection. 

There were many helpers and followers of Gaudí who collaborated with him during his lifetime, including Francesc Berenguer, Josep Maria Jujol, Josep Francesc Ràfols, Cèsar Martinell, Joan Bergós, Francesc Folguera, Josep Canaleta and Joan Rubió.

After Gaudí’s death in 1926 the construction of the Expiatory Temple of the Sagrada Familia was continued by architects and craftsmen who had worked with him, according to his plans and plaster models. After his death another of his followers, Domènec Sugrañes, took over and completed the construction of the last three towers on the Nativity facade. Sugrañes was succeeded upon his death after the Civil War by Francesc de Paula Quintana who worked closely with Isidre Puig i Boada and Lluís Bonet i Garí, especially on the construction of the Passion facade, following the directions and documents left by Gaudí. In 1966 Puig i Boada and Bonet i Garí took over from Quintana as directors of works until 1983, when Francesc Cardoner was appointed to the position.

In 1985, Jordi Bonet i Armengol was entrusted with the building’s management. He brought together a team comprising of Carles Buxadé, Joan Margarit, Josep Gómez, Jordi Coll, Mark Burry and Jordi Faulí, whose main task was to design and build the naves. In 2012 Jordi Faulí became chief architect and director of works on the temple.

Despite not being understood by many of his contemporaries, Gaudí developed an architectonic language that has made him world-famous. Today no one contests his place in the pantheon of 20th century architects. Gaudí’s methods continue to be considered revolutionary, a century after he devised them.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here